Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > bouddha > l’avant-dernière vie
sommaire de la page
résumé de la page

Au cours de son avant dernière existence, les deva exhortent le futur Bouddha à renaître sans tarder dans le monde humain pour sa dernière existence.

Cependant, il devra attendre le moment opportun…

l’avant-dernière vie du futur Bouddha

Une vie de deva

Avant de naître pour la dernière fois, le futur Bouddha vécut dans le monde des deva. Il demeura dans la quatrième des six sphères que compte le monde des deva (la sixième étant la plus haute, et la première la plus basse). Plus la sphère est « haute », plus le confort y est intense et plus la vie y est longue. Pour un deva de la quatrième sphère, l’existence a une durée avoisinant quatre mille années de deva ; ce qui correspond à 576 000 000 années “humaines”.

Le futur Bouddha rayonnait d’une vertu si pure et faisait montre d’un comportement si noble que les autres deva comprirent sans douter qu’il était le prochain Bouddha. C’est ainsi que, mille ans avant sa dernière naissance, tous les deva de l’univers et les humains – par le biais des sages capables de communiquer avec les deva – ne furent pas sans ignorer que le prochain Bouddha allait bientôt apparaître parmi les humains.

À l’approche du moment tant attendu, les deva déclarèrent au futur Bouddha :

« Le moment est venu pour vous de prendre naissance dans le monde humain. »

Les cinq visions

Bien que les deva l’incitèrent à reprendre naissance dans le monde humain de façon immédiate, le futur Bouddha n’accepta cependant pas de se soumettre à cette exhortation ; il ne descendrait pas tant que les cinq visions ne se seraient pas manifestées…

  1. Le temps (kāla) : le moment opportun, où parviennent à maturité les pāramī du plus grand nombre d’êtres apparaissant là où ils sont en mesure de recevoir l’enseignement du dhamma.
  2. Le pays (dīpa) : pour le bouddha Gotama, le sous-continent indien.
  3. La région (desa) : le majjhima desa, la « région du milieu », où tous les éléments géographiques, géologiques et climatiques sont équilibrés.
  4. La caste (kula) : l’une des deux plus hautes castes ; la caste royale ou la caste des brahmanes.
  5. L’âge de la mère (mātu āyu) : un âge suffisamment avancé pour mourir peu après l’accouchement, car il ne convient pas que quelqu’un naisse dans un ventre qui a porté un bébé destiné à devenir un bouddha dans cette vie même.

Une fois que ces cinq visions apparurent, le futur Bouddha accepta de renaître dans le monde humain, selon le critère de chacune de ces visions : le temps fut propice à un grand nombre d’êtres parvenus à maturité sur le plan des pāramī ; le pays fut le sous-continent indien ; la région fut celle dite du milieu, dans le nord-est de l’Inde actuelle ; la caste de la famille fut royale ; la mère fut âgée de cinquante-cinq ans.

Les cinq visions étant complètes, le futur Bouddha se décida donc à « descendre » dans le monde humain, pour bénéficier de sa dernière existence, durant laquelle il accomplirait la plus noble des tâches, fruit d’un entraînement soutenu durant un nombre incalculable d’existences. Cette tâche consiste à découvrir par lui-même le caractère douloureux, instable et non maîtrisable de l’existence, sa cause, sa fin et le moyen qui permet d’y aboutir. Aussitôt accomplit cette inestimable découverte, il l’enseignera pour le bien de tous les êtres, pour permettre la délivrance de tous ceux qui voudront bien faire l’effort de mettre cet enseignement en pratique.

infos sur cette page

Origine : ouvrage français

Auteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : Janv. 2004

Mise à jour : 14 juin 2005