Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > bouddha > dernier vassa
résumé de la page

Bouddha approche de l’octantaine, il entame son quarante-cinquième et dernier vassa.

Son cousin, le moine Ānandā, souhaite qu’il vive encore le plus longtemps possible.

le dernier vassa de Bouddha

En vue d’effectuer son quarante-cinquième vassa, Bouddha se rendit près du village Veḷuva, situé entre Vesālī et Rājāgaha. Beaucoup de moines accompagnèrent le Bienheureux, mais le village était trop petit pour permettre à ses habitants d’offrir en suffisance la nourriture pour tous. Ainsi, Bouddha envoya à Vesālī la plupart des disciples qui l’avaient suivi. Au début du vassa, Bouddha commença à souffrir d’une maladie qui le fit déféquer du sang. Bien qu’il savait qu’il était proche de son parinibbāna il prit soin d’en parler à personne pour le moment. Il décida qu’il en parlerait seulement une fois qu’il serait rétabli. Il développa alors vipassanā, grâce à laquelle il put rapidement s’absorber en nibbāna (paix illimitée, procurée par la cessation des phénomènes physiques et mentaux). L’expérimentation de nibbāna a, entre autres, la vertu de neutraliser toutes les maladies. Cela permit au Bienheureux de reprendre considérablement de nouvelles forces et de se rétablir en bonne partie. Néanmoins, les séquelles physiques sont toujours épargnées par nibbāna. Ainsi, celles qu’il avait depuis le temps où il s’adonnait aux austérités extrêmes demeurèrent, et même s’aggravèrent, compte tenu de son âge avancé (79 ans). Il continuait donc de perdre beaucoup de sang. Sakka, le roi des deva arriva vers lui afin d’en prendre le plus grand soin. Une fois que Bouddha fut guéri, le Vénérable Ānandā vint vers lui, et se prosterna respectueusement avant de lui demander :

« Ô noble Bouddha ! C’est un immense plaisir de constater que votre santé s’est améliorée. Quand vous êtes malade, je me sens mal également, si mal que j’en oublie tout le dhamma que vous nous avez enseigné. Ce dhamma est si précieux ! Enseignez-le-nous autant que vous pouvez, jusqu’à votre extinction en parinibbāna ! N’entrez pas en parinibbāna !

— Ānandā ! Pour le bénéfice de tous les êtres, j’ai enseigné le vinaya (la discipline et la vertu des renonçants ; pour la pureté de la conduite), le suttanta (les discours entre Bouddha ou ses disciples, avec d’autres personnes ; pour la compréhension mentale et l’encouragement à la pratique) et l’abhidhamma (la description exhaustive de toutes les formes de matières et consciences de l’univers ; pour exposer en détail les éléments qui constituent la réalité). Maintenant, je suis vieux, j’ai bientôt quatre-vingts ans. Quand on est arahant c’est le bonheur complet. Après avoir rejeté les kilesā tels que lobha dosa māna micchā diṭṭhi contemplez votre corps ! »

Bouddha continua d’enseigner le dhamma à son noble cousin, en lui exposant clairement la pratique qui devra le conduire jusqu’au stade d’arahant.

infos sur cette page

Origine : ouvrage français

Auteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : Janv. 2004

Mise à jour : 14 juin 2005