Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > bouddha > vessantarā
résumé de la page

Au cours d’une des nombreuses existences durant lesquelles le futur développa les qualités indispensables à la bouddhéité, il fut le roi Vessantarā.

Ce roi avait une pratique exemplaire de la générosité.

le roi Vessantarā

Depuis tout petit, le prince Vessantarā – le futur Bouddha – avait la passion du don. Dès qu’il fut en âge de parler, il offrait tout ce qu’il avait sur lui avec une intense frénésie de générosité. En devenant adulte, il se maria avec la princesse Maddīdevī. Ils eurent une fille et un peu plus tard, un fils. Le prince Vessantarā offrait énormément. Sans attendre sa mort, le roi mit son fils sur le trône. Ainsi, le prince Vessantarā devint roi à son jeune âge.

Un jour, il y eut la sécheresse dans un royaume voisin, car la pluie ne tombait plus. Une tradition voulait que les éléphants blancs soient d’un excellent auspice. Ainsi, dans le royaume du roi Vessantarā, à l’instar de la plupart des royaumes, il y avait un magnifique éléphant d’un blanc immaculé, pour lequel les gens avaient une adoration sans limite. Après s’être réunis, les dirigeants du royaume sans pluie décrétèrent qu’ils devaient à tout prix héberger un éléphant blanc au sein de leur royaume. Une délégation partit alors demander au roi Vessantarā de bien vouloir leur faire don du grand éléphant blanc de son royaume. Il était d’une telle générosité qu’il leur donna l’éléphant sans la moindre hésitation. Furieux, les gens ne purent tolérer que leur roi ait pu donner le magnifique éléphant blanc, pour qui tout le monde accordait une valeur inestimable. Voyant en ce geste un impardonnable sacrilège, toute la population du royaume exigea l’exil immédiat du roi Vessantarā. Sous la pression du peuple, le père du roi Vessantarā fut contraint de demander à son fils de quitter le palais.

Il partit dans la forêt avec son épouse et ses deux enfants. Tous quatre vécurent comme des ermites. Une fois, Vessantarā croisa un brahmane nommé Jūjakā – le futur Devadatta – qui lui demanda ses enfants, car il avait besoin de domestiques. Il les lui offrit tous les deux, sans plus d’hésitation qu’il en avait fallu pour l’éléphant blanc. Le brahmane Jūjakā alla dans le royaume du père de Vessantarā avec ses deux nouveaux jeunes esclaves, qu’il battait fréquemment. Quand le père de Vessantarā les aperçut, il fut très surpris de trouver ses petits-enfants. Il les racheta aussitôt à Jūjakā pour les récupérer. Le brahmane mangeait comme un goinfre, à tel point, qu’un jour, ne parvenant pas à digérer son repas, il mourut.

Comme le temps passait, le père de Vessantarā voulut revoir son fils. Il partit lui-même, accompagné de nombreux soldats, dans la forêt à la recherche de son fils. Ont rejoint cette expédition tous ceux qui aimaient Vessantarā. Quand ils le trouvèrent, celui-ci les invita à s’asseoir. Grâce à la grande sagesse qu’il avait développée, il leur délivra un sermon, les exhortant à s’entraîner sans relâche à la générosité, à la vertu et à la concentration. À la fin du sermon, les membres de sa famille lui sautèrent dans les bras, en pleurant. Ensuite, à cause de la grande fatigue due au voyage à travers la forêt et du choc émotif provoqué en retrouvant Vessantarā pour qui ils avaient un immense amour, ils perdirent conscience et tombèrent au sol. Quand ils reprirent leurs esprits, le roi deva Sakka fit pleuvoir une ondée. Ceux qui voulurent être mouillés furent mouillés, ceux qui ne voulurent pas être mouillés demeurèrent secs.

Quand Vessantarā fut rentré dans son royaume, chacun lui pardonna, comprenant sa générosité sans limite. Il fut alors de nouveau accepté comme roi. Plus tard, ne voulant plus rien garder pour lui, le roi Vessantarā donna sa femme. Comme il craignait qu’elle se retrouvât dans les bras d’une personne qui ne sache pas la respecter convenablement, il l’offrit à Sakka, le roi des deva. Comme les gens ne pouvaient pas voir les deva, afin que sa nouvelle épouse soit épargnée de tout ennui, le roi deva fit apparaître un homme de noble apparence qui demeurait toujours à ses côtés.

Au terme de cette existence en tant que roi Vessantarā, le futur Bouddha Gotama connaîtra une vie de deva avant de renaître pour la dernière fois.

infos sur cette page

Origine : ouvrage français

Auteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : Janv. 2004

Mise à jour : 14 juin 2005