Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > lexique pali français
lexique pali-français

Liste des raccourcis clavier : touche « 0 »

Recommandations

Accès direct



Voir aussi :

Éléments de vocabulaire (sur le site majjhima.perso.neuf.fr), qui sont des notes de travail de Christian Maës, qui a entre autres traduit en français le Visuddhimagga et les principaux souttas du Majjhima Nikkāya. Ces notes se constituent d’un lexique pali-français, des principaux préfixes et de quelques racines linguistiques.

Prononciation

Il importe de savoir qu’il n’existe pas d’alphabet pali. Au temps de Bouddha, on le parlait mais on ne l’écrivait pas. De nos jours, chacun utilise son propre alphabet (hindi, singalais, birman, chinois, latin, etc.) pour transcrire les sons du pali (transmis oralement à travers le Canon Pali jusqu’à la première transcription sur feuilles de palme au Sri Lanka en 96 avant Jésus Christ).

De ce fait, en dehors de rares exceptions, comme le « ṃ » qui modifie plus ou moins la voyelle qui le précède, chaque caractère latin utilisé dans la transcription du pali se prononce toujours de la même façon. Voici un tableau donnant la prononciation de ces caractères, selon la prononciation la plus courante, appelée aussi « prononciation internationale ».

Prononciation des sons palis
Caractères Phonétique Exemples
a / ā [a] ami
b [b] bienveillance
c [tʃ] match (*)
d / ḍ [d] don
e [e] é
g [g] gain
h [h] hey! (anglais) (**)
i / ī [i] ici
j [dʒ] jazz
k [k] canon
l / ḷ [l] lune
m [m] moine
(aṃ) [ã] enfant (***)
n / ṇ [n] nid
[ŋ] ping-pong
ñ [ɲ] signe
o [o] do
p [p] pur
r [r] (roulé) grazie (*)
s [s] silence
t / ṭ [t] t
u / ū [u] bougie
v [v] vertu
y [j] yoga

* Le « c » et le « r » palis se prononcent à l’italienne.

** Le « h » pali se prononce toujours, sauf exception, comme lorsqu’il est précédé d’un « c » ou d’un « d ».

*** ou plutôt [ãŋ] comme dans big bang

Prononciation birmane

Les Birmans employent un peu plus de caractères que nous pour transcrire le pali, mais les sons ne sont pas plus nombreux. La plupart des sons palis sont prononcés pratiquement de la même façon en birman, sauf dans les cas suivants :

Probablement plus correct que la prononciation latine : le « ā » est allongé par rapport au « a » [aaa] ; idem pour le « ī » [iii] ; idem pour le « ū » [uuu] .

Probablement moins correct que la prononciation latine : le « c » se prononce [s] ; le « j » se prononce [z] ; le « s » se prononce [θ] ou un mélange de [θ] et [t], (comme le « th » anglais dans « thin »).

Probablement ni plus ni moins correct que la prononciation latine : le « ṃ » (avec un « a » devant, « aṃ ») se prononce comme le « in » de « prince » ; le « o » se prononce [ɔ] (comme le « o » de « or ») ; le « v » se prononce [w] (donc « va » comme le mot « oie », « vi » comme le mot « oui »…).

Mode d’emploi

Navigation

Le lexique est réparti sur vingt-et-une pages de définitions. Il y a une page pour chaque lettre alphabétique latine utilisée par le lexique. Et chacune de ces pages recense tous les mots du lexique commençant par la lettre alphabétique qui lui correspond. Chaque page est accessible à partir des autres pages à l’aide de la rangée horizontale de boutons alphabétiques cliquables.

 
 
 

Dans chaque page, à gauche, une liste « Accès rapide » répertorie tous les mots disponibles dans cette page du lexique. Il suffit de cliquer sur un mot pour être positionné immédiatement sur l’entrée de la définition correspondante. On peut revenir facilement en arrière en appuyant sur la touche « Backspace » du clavier. Il s’agit de la touche du clavier avec une flèche vers la gauche située en général au-dessus de la touche principale de validation « Return ». Cette dernière est elle-même souvent symbolisée par une flèche vers la gauche munie d’un petit angle droit dressé vers le haut.

Ordre alphabétique

Comme pour le classement alphabétique utilisé dans les dictionnaires de français, les formes diacritées sont comptées de la même manière que leurs formes non-diacritées. Une forme diacritée correspond à une lettre avec un signe diacritique comme un accent, un tilde, un point, etc. Ainsi, par exemple, « ā » est classé comme sa forme non diacritée « a ». Ceci facilite la recherche d’un mot car il devient possible de le trouver sans avoir à se soucier qu’il commence, par exemple, par « a » ou par sa forme diacritée « ā ». Dans l’ordre alphabétique retenu pour le lexique pali, les formes diacritées sont regroupées et suivent leur forme non diacritée de la façon suivante :

a ā    b    c    d ḍ    e    g    h    i ī    j    k    l ḷ    m ṃ    n ṇ ṅ ñ    o    p    r    s    t ṭ    u ū    v    y    z

Concrètement, les mots sont d’abord classés comme si les signes diacritiques n’existaient pas. Et si dans ce contexte il y a des homographes comme pour āpatti et apatti, alors seulement il est tenu compte des signes diacritiques en respectant l’ordre défini ci-dessus. Ainsi, les mots apatti, apāya, āpanna et āpatti apparaîssent dans le lexique dans cet ordre :

  1. āpanna
  2. apatti
  3. āpatti
  4. apāya

Structure des entrées

Chaque entrée lexicale commence par l’orthographe du terme défini qui peut être suivie sur la même ligne d’une ou plusieurs variantes graphiques. Une entrée comporte au moins une définition.

En règle générale, la catégorie grammaticale du terme est précisée. Lorsqu’une entrée comporte plusieurs catégories grammaticales, une numérotation en lettres majuscules dans un petit carré sur fond contrasté annonce le changement de la catégorie grammaticale au sein de cette entrée. Lorsqu’il y a plusieurs sens pour une même catégorie grammaticale, une numérotation avec un chiffre dans un petit carré annonce le changement de sens au sein de cette catégorie grammaticale.

Une définition peut être précédée d’une indication de contexte d’utilisation du terme défini. Cette indication est alors entre parenthèses et mise en exergue par une coloration et une taille de police différente.

Une définition peut faire l’objet d’une remarque sous la forme d’un texte illustré par des tableaux.

En fin d’entrée peuvent apparaître des renvois vers d’autres définitions ou vers des pages du site dans des cadres « Voir aussi ».

Pour aller plus vite

Afin de parvenir directement sur la définition d’un terme, il suffit d’entrer le nom de la page dans la barre d’adresse, suivi de « # » et du mot pali en entier et sans accents.

Le nom d’une page se nomme simplement du nom de la lettre voulue, suivie de l’extension « .htm ». Par exemple le nom de la page de la lettre « v » est « v.htm ».

Procédure

Depuis cette page, sélectionnez « .htm » dans la barre d’adresse, comme ceci :

http://dhammadana.org/pali/index.htm 

Saisissez une barre oblique, suivie de la première lettre du mot recherché. Exemple pour la lettre « v »:

http://dhammadana.org/pali/v 

Ajoutez alors « .htm# » :

http://dhammadana.org/pali/v.htm# 

Il ne vous reste plus qu’à saisir le mot recherché en entier, sans accents. Exemple avec le mot « vipassanā » :

http://dhammadana.org/pali/v.htm#vipassana 

Tapez « Entrée » ou cliquez sur « Go », le bouton d’envoi du navigateur.

À propos du lexique

Les termes du lexique

Ce lexique groupe tous les termes palis du site, hormis : ceux contenus dans les paragraphes entièrement en pali, certains termes entre parenthèses ou entre guillemets et les noms propres, qui débutent toujours par une majuscule.

À quelques exceptions près, tous les termes du lexique sont employés dans le site.

Avertissement

Si nous souhaitons préserver le sens exact de l’enseignement de Bouddha, prendre soin de ne pas l’altérer et le respecter tel qu’il a été donné, il est impératif de l’étudier en s’appuyant sur le dialecte dans lequel il l’a exposé : le pali. Les textes de ce site sont en français dans le souci de pouvoir rendre accessible au plus grand nombre ce trésor inestimable. Toutefois, certains termes palis sont obligatoires si nous voulons des traductions et des explications qui soient libres de maladresses ou d’ambiguïtés. Dans bien des cas, ces termes n’ont pas d’équivalent en français. Il est donc préférable de connaître un minimum de mots palis afin de comprendre plus justement ces textes.

L’enseignement de Bouddha et le monde monastique bouddhique sont totalement absents de la culture française. Par conséquent, les termes qui y sont utilisés n’existent pas dans la langue française ni d’ailleurs dans la quasi-totalité des autres langues. C’est pourquoi il est indispensable d’employer le pali. Dans le contexte du dhamma, l’emploi de termes monastiques chrétiens comme « ordination », « confession » ou l’emploi de termes sanskrits tels que « karma , « nirvâna » est une négligence. Leur définition est différente et parfois contradictoire avec la définition des termes qu’ils sont censés traduire et que Bouddha a employé.

Toutefois, certains mots français peuvent être employés moyennant circonspection. Pour les termes bouddhiques, une grande prudence est requise, car les définitions qu’en donnent les dictionnaires de langue française même les plus reconnus peuvent être maladroites quant à ce qui relève de cette matière. Ainsi, il abonde de mots palis dans ce site, mais la plupart sont des répétitions comme par exemple le terme « bhikkhu » qui désigne un disciple de la communauté établie par Bouddha. De cette manière, celui qui n’a aucune connaissance du pali comprendra rapidement les termes les plus usuels en naviguant dans ce site.

Remarque : À l’instar de ce qui se fait pour les mots non francisés et directement tirés du latin ou d’une langue étrangère, les mots issus du pali qui ne figurent pas dans le dictionnaire de la langue française sont mis en exergue et ne portent pas la marque du pluriel. D’une part, la francisation du pluriel n’est pas absolument obligatoire, et d’autre part, la plurialisation étrangère peut s’avérer difficile.

Les caractères palis

Le pali est un dialecte et non une langue. C’est à dire qu’il était presque exclusivement parlé par le peuple du temps de Bouddha. Avant qu’il ne soit couché sur papier ou encore sur d’autres supports tels que la pierre ou les feuilles de palme, l’ensemble des textes canoniques était uniquement transmis par voie orale. C’est pourquoi il n’existe pas d’alphabet pali propre. Qu’il s’agisse d’un alphabet asiatique ou de l’alphabet latin, il existe diverses transcriptions phonétiques du pali. Celles qui sont proposées en alphabet latin composent généralement tous les sons à l’aide de 31 caractères. Ce sont 21 lettres de l’alphabet latin — car « F », « Q », « W », « X » et « Z » ne sont pas utilisées — auxquelles s’ajoutent dix autres formes diacritées. Ces caractères sont présents dans la plupart des polices Unicode et dans certaines anciennes polices spécialisées.

Chaque caractère ou combinaison de caractères correspond à une prononciation précise. Cela explique par exemple la présence du « a » et du « ā ». Le premier étant le « a » court et le second le « a » long, qui est parfois transcrit « aa ».

Les chiffres palis

  1. paṭhama
  2. dutiya
  3. tatiya
  4. catuttha
  5. piñcama
  6. chaṭṭha
  7. sattama
  8. aṭṭhama
  9. navama
  10. dasama

Pour les unités de temps en pali :

Correspondance des mois du calendrier bouddhique en pali avec les mois du calendrier grégorien

Les mesures de temps en pali (durée de cycle d’un univers, d’un sāsana, etc.)

Mise à jour de la page : 25 févr. 2011