Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > sangha > les moines
résumé de la page

Brève introduction à propos des moines.

Les moines

portrait d’un bhikkhuDans le contexte du theravāda, « moine » est une traduction de « bhikkhu ».

Qu’est-ce qu’un bhikkhu ?

Un bhikkhu est celui qui demeure attentif à tout ce qu’il fait. Il est présent, il agit sans jamais se hâter. Il s’entraîne sans cesse à avoir une conduite digne et irréprochable, à contenir ses désirs et ses émotions, et à être patient en toute circonstance. Il reconnaît toutes ses fautes et accepte pleinement les remontrances sans se justifier. Il renonce aux plaisirs du monde et à tout ce qui est sans bénéfice pour le dhamma.

La vigilance et la constance dans le respect du vinaya font partie des qualités essentielles que le bhikkhu se doit d’entretenir assidûment.

Le bhikkhu est – par définition – celui qui renonce à tout. En se consacrant exclusivement à la pratique, à la réalisation, à l’étude et à l’enseignement du dhamma, il renonce aux possessions, à l’argent, à toutes les activités laïques, au confort, aux futilités, aux croyances, etc. Il se contente du strict minimum.

De quoi vit un bhikkhu ?

Pour qu’un bhikkhu puisse mener sa tâche dans les meilleures conditions possibles, ce sont les laïcs (dāyakā) qui subviennent à ses besoins, en lui offrant les objets des quatre nécessités (alimentation, logement, vestimentaire et médecine). En contrepartie, cette pratique du don leur permet de développer un mérite considérable.

Ainsi, le bhikkhu ne vit que de ce qu’on lui donne. Il ne s’accapare rien et ne convoite rien. Il est comme l’araignée, qui se contente de ce qui tombe dans sa toile.

Les laïcs soutiennent matériellement le saṃgha. Le saṃgha, quant à lui, apporte aux laïcs la vertu et les conseils sains pour gérer leur existence de la façon la plus juste. D’une manière générale, les membres du saṃgha enseignent le dhamma pour permettre à tous d’y voir clair dans la réalité, de réduire ses tourments, voire de s’affranchir de la souffrance de manière définitive.

Un bhikkhu doit toujours garder en mémoire que sa vie dépend des laïcs. Lorsqu’il réfléchit de cette façon, il a sept avantages : il garde bien sa vertu ; il est toujours actif dans ses pratiques de progrès intérieur ; il ne fait de mal à personne ; il n’a pas de vanité de soi ; il est consciencieux dans sa pratique ou ses études ; il se contente seulement de ce qui lui est nécessaire ; il est courageux.

infos sur cette page

Origine : Texte écrit pour le site

Auteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : 2001

Mise à jour : 18 juin 2005