Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > sangha > vinaya > 227 règles > développement du nissaggiya 21
Développement du nissaggiya 21

Les types de bol

Il existe trois catégories de tailles différentes de bol : Les grands, les moyens et les petits bols. Parmi les grands bols, on peut en distinguer trois types : Les plus grands, les grands intermédiaires et les grands petits. Parmi les bols moyens, on peut aussi en distinguer trois types : Les moyens grands, les moyens intermédiaires et les moyens petits. Enfin, parmi les petits bols, on peut encore en distinguer trois types : Les petits grands, les petits intermédiaires et les plus petits. Il y a donc au total neuf types de tailles différentes de bol. En cuisant deux boîtes (dans ce cas, il s’agit de boîtes de lait concentré, d’une contenance de trente centilitres, qui sont utilisées comme unité de mesure pour les marchandises) de riz, on en obtient quatre boîtes. En mettant dans un bol quatre boîtes de riz (cuit) additionnés d’une boîte de pois et d’une boîte de viande et poisson, s’il est rempli à ras bord, il s’agit d’un petit bol intermédiaire. En y mettant la même quantité de nourriture, si le bol n’est pas rempli, il s’agit d’un petit bol grand. S’il est plein et bombé, il s’agit du plus petit bol. Ce type de bol ne permettant pas de contenir suffisamment de nourriture, il est considéré comme un bol ordinaire ; un bhikkhu n’est pas autorisé à l’utiliser.

En mettant dans un bol huit boîtes de riz, additionnés de deux boîtes de pois et de deux boîtes de viande et poisson, s’il est rempli à ras bord, il s’agit d’un bol moyen intermédiaire. En y mettant la même quantité de nourriture, si le bol n’est pas rempli, il s’agit d’un bol moyen grand. S’il est plein et bombé, il s’agit d’un bol moyen petit.

En mettant dans un bol seize boîtes de riz, additionnés de quatre boîtes de pois et de quatre boîtes de viande et poisson, s’il est rempli à ras bord, il s’agit d’un grand bol intermédiaire. En y mettant la même quantité de nourriture, si le bol n’est pas rempli, il s’agit du plus grand des bols. S’il est plein et bombé, il s’agit d’un grand bol petit. Bouddha n’ayant pas autorisé les bhikkhu d’avoir un bol plus grand qu’un grand intermédiaire, les plus grands bols ne sont considérés que comme des bols ordinaires.

En excluant donc le plus petit type de bol et le plus grand, il reste sept types de bols parmi lesquels un bol doit être déterminé. Les bols en trop doivent être abandonnés.

Manière de déterminer un bol

Lorsqu’un bhikkhu obtient un nouveau bol, pour le considérer comme étant le sien (celui qu’il utilisera pour aller chercher la nourriture et pour manger), il doit le déterminer à l’aide de cette formule :

« imaṃ pattaṃ adhiṭṭhāmi. »

« Je détermine ce bol (ordinaire) comme étant mon bol (dans lequel la nourriture est acceptée lors de la ronde). »

Manière d’abandonner un bol

Lorsqu’un bhikkhu se retrouve avec un bol en trop, il doit le rejeter à l’aide de cette formule :

« imaṃ pattaṃ tuhyaṃ vikappemi. »

« Ce bol vénérable, je vous l’abandonne. »

Le bhikkhu qui accepte le bol doit prononcer à son tour :

« mahyaṃ santakaṃ paribhuñja vā vissajjehi vā yathāpaccayaṃ karohi. »

« Ce bol qui est (à présent) ma possession, vous pouvez l’utiliser (le reprendre) ou l’abandonner. »

Si le bhikkhu souhaite utiliser le nouveau bol, il doit le déterminer. Ensuite, il doit abolir la détermination de l’ancien bol avant de l’abandonner. Pour cela, il prononce cette formule :

« imaṃ pattaṃ paccuddharāmi. »

« J’annihile la détermination de ce bol (et de ce fait, ne le considère plus comme le mien). »

Seuls, les bols en terre et les bols en fer (les plus courants de nos jours) peuvent être déterminés. Les bols en bois, en laque ou en plastique ne sont pas acceptés. Seuls le noir ou le brun très foncé peuvent être utilisés pour la couleur.

Sans le déterminer et sans l’abandonner, un bol supplémentaire peut être gardé durant dix jours au maximum. Au-delà, il doit être abandonné auprès d’un autre bhikkhu. Dans ce cas, le bhikkhu prononce cette formule :

« ayaṃ me bhante patto dasāhātikkanto nissaggiyo, imāhaṃ āyasmato nissajjāmi. »

« Ce bol supplémentaire que j’ai gardé plus de dix jours doit être abandonné. Vénérable, ce bol, je vous l’abandonne. »

Une fois que cet abandon est fait le bhikkhu acceptant le bol doit le remettre au bhikkhu fautif, qui devra soit déterminer ce bol, soit l’abandonner définitivement à un bhikkhu.

infos sur cette page

Origine : Textes en birman

Traducteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : 2000

Mise à jour : 19 juin 2005