Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > sangha > vinaya > 227 règles > développement du pācittiya 32
Développement du pācittiya 32

Il est correct qu’un bhikkhu malade consomme de la nourriture demandée en groupe. Il n’est pas correct qu’un bhikkhu en bonne santé consomme de la nourriture obtenue de cette manière, sinon il commet un pācittiya à chaque bouchée.

En pali, cette nourriture obtenue de cette manière est appelée « gaṇabhojana ». Si des dāyakā qui se rendent auprès de bhikkhu au nombre de quatre ou plus, invitent ces derniers pour leur offrir un repas en employant un langage approprié tel que : « bhikkhaṃ gahṇatha » « Vénérables, veuillez accepter une invitation pour le repas », il s’agit d’une manière correcte. En outre, si des dāyakā emploient un langage inconvenant tel que les exemples suivants, il s’agit d’une manière incorrecte.

Il existe des mots dans le vocabulaire pali et de certaines langues asiatiques qui sont exclusivement employés à l’intention des bhikkhu. La vie des bhikkhu et leur relations avec les laïcs étant absentes de la culture occidentale, il n’est par définition pas possible de traduire directement cette règle en français. Toutefois, il est possible de l’expliquer. Prenons un exemple : Imaginons que dans un pays où fleurit le saṃgha, pour dire « manger », on emploie le verbe « manger » à l’intention des laïcs et le verbe « se restaurer » à l’intention des bhikkhu. Dans ce cas, le verbe « manger » n’est pas impoli du tout pour les laïcs. Néanmoins, ce même terme devient grossier s’il est employé pour un bhikkhu. Afin de comprendre les écrits des textes du canon pali, imaginons pour ces exemples que le terme « riz » est réservé à l’usage des laïcs et qu’il devient discourtois pour les bhikkhu.

« odanena nimantemi » « Je vous invite à manger le “riz”. »

« odanaṃ me gahṇatha » « Veuillez accepter mon offrande de “riz”. »

« bhattaṃ gahṇatha » « Acceptez ce “riz”. »

« saṃgha bhattaṃ gahṇatha » « Veuillez accepter ce “riz” à l’intention du saṃgha. »

« saṃgho bhattaṃ gahṇatu » « Puisse le saṃgha accepter ce “riz”. »

Si un dāyakā formule une invitation au saṃgha en employant l’un de ces langages ou un autre langage mal approprié, la nourriture de cette invitation est appelée gaṇabhojana en pali.

Un groupe de quatre bhikkhu (ou plus) s’adressent ainsi à des dāyakā : « ahmākaṃ satunnampi bhattaṃ dehi » « Offrez-nous du riz à tous les quatre (ou plus). » Ou alors, ils formulent cette sollicitation en s’adressant chacun séparément aux mêmes dāyakā : « mahyaṃ dehi » « Offrez-moi (du riz). » Ensuite, ils vont accepter cette nourriture ensemble et la consommer. En acceptant cette nourriture en groupe (au minimum quatre bhikkhu), celle-ci devient gaṇabhojana. En la mangeant, ils commettent le pācittiya 32.

infos sur cette page

Origine : Textes en birman

Traducteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : 2000

Mise à jour : 19 juin 2005