Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > souttas > majjhima nikāya > mahā mālunkya sutta
MN 64 - mahā mālunkya sutta

Le grand récit de Mālunkya

Le Vénérable Mālunkyāputta répond au Bienheureux que les 5 chaînes inférieures sont la croyance à la personne (sakkāyadiṭṭhi), l’incertitude, la méprise quant aux comportements et rites, l’élan sensoriel et l’aversion. Mais le Bienheureux reprend Mālunkya car un petit bébé n’a pas la notion de sakkāya, ni de réalité (donc pas d’incertitude à son égard), ni de comportements (donc pas de méprise), ni de sensoriel (donc pas d’élan), ni d’êtres (donc pas d’aversion), il n’a aucune de ces 5 chaînes, mais il en a la latence (anusaya). Le sot dont l’esprit est assailli par ces tendances ne sait comment s’en libérer, elles prennent de la force, deviennent solides et forment alors des chaînes. Mais le disciple instruit s’en libère en atteignent l’un des jhāna ou des domaines infinis. Là il voit chacun des ensembles comme temporaire (anicca), dérisoire, semblable à une maladie, à un abcès, à une épine, à une faute, à une oppression, comme étranger, se disloquant, vide et sans moi-autonome. Il s’en détourne, se porte vers l’élément immortel et peut ainsi éliminer toutes les contaminations.

infos sur cette page

Origine : Enseignements et discussions entre Bouddha, ses disciples, ses antagonistes… (Nord de l’Inde actuelle)

Date : Ve siècle avant notre ère

Traducteur : Christian Maës

Mise à jour : 25 févr. 2011