Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > souttas > majjhima nikāya > bhaddāli sutta
MN 65 - bhaddāli sutta

Le récit de Bhaddāli

Le Bienheureux dit aux moines de ne prendre qu’un repas par jour. Le Vénérable Bhaddāli dit qu’il craint, dans ce cas, de ne pas pouvoir bien mener la vie sainte, même si après avoir déjeuné chez quelqu’un il emporte un surplus de nourriture.

3 mois passent. Bhaddāli retourne voir le Bienheureux et reconnaît sa faute. Le Bienheureux dit que le moine qui ne respecte pas la totalité des règles ne peut pas atteindre les états surhumains, alors que celui qui les suit pleinement peut arriver aux jhāna, se rappeler ses vies antérieures, voir la mort et la renaissance, supprimer les contaminations et reconnaître sa Délivrance.

Bhaddāli demande ensuite pourquoi on réprimande souvent certains moines et pas d’autres. On réprimande longuement les moines qui commettent des transgressions répétées et ne s’amendent pas, brièvement les transgresseurs occasionnels qui s’amendent, et on ménage ceux qui manquent de confiance et risquent de retourner à l’état laïc.

Puis Bhaddāli demande pourquoi il y a maintenant beaucoup de règles et peu de moines accomplis alors que c’était l’inverse au début. Le Bienheureux répond qu’il en va ainsi quand la qualité des personnes diminue et que le Dhamma rencontre des obstacles. Les règles sont faites pour écarter les causes de contamination (āsāva). Quand la communauté s’accroît, les sources de contamination se multiplient. Et aussi quand les dons affluent, quand la renommée grandit, quand les enseignements se multiplient et que le temps passe.

Bhaddāli était là dans les débuts, mais, par manque d’attention, il n’a pas retenu l’image du pur-sang. Le dresseur à qui l’on confie un beau pur-sang l’entraîne progressivement à porter le mors, puis le harnais, puis à marcher droit, etc. jusqu’à avoir toutes les qualités d’une monture royale. Le moine accompli qui mérite les honneurs a dix qualités : vision, dessein, parole, action, subsistance, effort, vigilance, concentration, connaissance et Délivrance parfaites des asekha.

infos sur cette page

Origine : Enseignements et discussions entre Bouddha, ses disciples, ses antagonistes… (Nord de l’Inde actuelle)

Date : Ve siècle avant notre ère

Traducteur : Christian Maës

Mise à jour : 25 févr. 2011