Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > souttas > majjhima nikāya > pañcattaya sutta
MN 102 - pañcattaya sutta

Le récit des cinq et trois

5 opinions : après la mort il y a un moi permanent qui perçoit quelque chose, ou qui ne perçoit rien, ou qui ni ne perçoit ni ne perçoit pas, ou bien l’être est détruit, ou bien toute forme de malheur disparaît. 3 opinions : après la mort le moi est permanent, ou il est détruit, ou toute forme de malheur disparaît. Les 5 et 3 opinions sont interchangeables.

Ou encore, certains pensent qu’après la mort le moi permanent a une apparence, ou n’en a pas, ou un peu des deux, ou aucun des deux, qu’il perçoit l’unité, ou la diversité, ou le restreint, ou l’incommensurable, ou d’autres choses encore, mais le Tathāgata voit que tout cela est composé (saṅkhata) et s’en échappe.

Autres opinions sur le passé, le monde et le moi, mais le Tathāgata… s’en échappe.

Ceux qui atteignent une absorption contemplative y voient une excellence et s’y attachent, mais le Tathāgata voit que tout cela est composé et s’en échappe.

infos sur cette page

Origine : Enseignements et discussions entre Bouddha, ses disciples, ses antagonistes… (Nord de l’Inde actuelle)

Date : Ve siècle avant notre ère

Traducteur : Christian Maës

Mise à jour : 25 févr. 2011