Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > souttas > majjhima nikāya > cattārīsaka sutta
MN 117 - mahā cattārīsaka sutta

Le récit du grand quarante

Le Bienheureux enseigne la juste concentration des ariyā dont les 7 autres facteurs du chemin forment le contexte qui la conditionne : juste vision, juste dessein, juste parole, juste action, juste mode de subsistance, juste effort et juste vigilance. En premier vient la juste vision qui reconnaît ce qui est juste ou erroné, et qui est double : vision mondaine reconnaissant les bons effets des actes méritoires, et vision supra-mondaine ou sagacité accompagnant le chemin immaculé. L’effort pour chasser les visions erronées et acquérir la vision juste est l’effort juste. La vigilance associée est la vigilance juste.

De même, la vision juste reconnaît dessein juste et desseins erronés, parole juste et paroles erronées, etc. Elle est toujours double – mondaine et supra-mondaine – et s’accompagne d’effort juste et de vigilance juste.

Le sekha est doué des 8 facteurs, l’Accompli a en plus la juste connaissance et la juste délivrance, soit 10 facteurs. Avec 10 sortes de choses associées aux facteurs justes, 10 facteurs erronés et 10 sortes de choses associées aux facteurs erronés, on arrive au nombre de 40.

infos sur cette page

Origine : Enseignements et discussions entre Bouddha, ses disciples, ses antagonistes… (Nord de l’Inde actuelle)

Date : Ve siècle avant notre ère

Traducteur : Christian Maës

Mise à jour : 25 févr. 2011