Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > souttas > majjhima nikāya > channovāda sutta
MN 144 - channovāda sutta

Le récit de Channa

Les Vénérables Sāriputta et Chunda vont proposer leur aide au Vénérable Channa qui est gravement malade. Celui-ci leur dit qu’il va se suicider. Interrogé, Channa dit qu’il voit la cessation dans les 18 éléments et qu’il les considère donc ainsi : « Ceci n’est pas à moi, je ne suis pas ceci, ceci n’est pas mon moi-autonome ».

Cunda rappelle une parole du Bienheureux : « Attaché, on vacille. Détaché, on ne vacille pas. Sans vacillement, tranquillité. Dans la tranquillité, pas d’inclination. Sans inclination, pas d’allées et venues. Sans allées ni venues, pas de mort ni de naissance. Sans mort ni naissance, pas d’ici, pas d’au-delà, pas d’entre-les-deux. Voilà la fin de tout malheur ».

Les deux vénérables repartent. Channa se tue. Le Bienheureux dit que l’on peut blâmer celui qui rejette un corps et s’attache à un autre, mais tel n’était pas le cas de Channa.

infos sur cette page

Origine : Enseignements et discussions entre Bouddha, ses disciples, ses antagonistes… (Nord de l’Inde actuelle)

Date : Ve siècle avant notre ère

Traducteur : Christian Maës

Mise à jour : 25 févr. 2011