Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > vipassanā > enseignements > 4 chemins > le chemin mieux
résumé de la page

Description du chemin qui conduit aux mondes des brahmā.

Les quatre chemins de préférence (3e partie)

L’enseignement d’aujourd’hui porte sur la troisième partie des quatre chemins de préférence. Dans les première et deuxième parties, il était question de renaissance dans les apāya (mondes inférieurs) pour ceux qui développent des akusala et de renaissance dans le monde humain ou dans le monde des deva pour ceux qui développent des kusala.

Aujourd’hui, il sera question du troisième chemin de préférence ; le chemin mieux. Le chemin mieux est celui qui conduit dans les sphères des brahmā, qui constituent un monde supérieur à celui des deva. La vie est plus longue que dans le monde des deva. Contrairement à un deva, un brahmā ne connaît pas la moindre inquiétude liée aux plaisirs sensuels. Les kusala tels que la pratique de dāna et l’observance de sīla ne suffisent pas pour causer une renaissance chez les brahmā. Seule une pratique de samatha bhāvanā capable d’éliminer les nīvaraṇa permet d’accéder au monde des brahmā.

Celui qui arrive dans le monde humain peut être comparé à un voyageur qui parvient à une jonction de chemin de fer : de là, il peut prendre un train pour aller à droite ou à gauche ; il a le choix. S’il décide d’aller à gauche, il n’a qu’à monter dans le train qui va dans cette direction. S’il décide d’aller à droite, il n’a qu’à monter dans le train qui va dans cette direction.

De la même manière, celui qui est arrivé dans le monde humain a le choix… Il peut produire des actes malsains qui le conduiront vers les apāya. Il peut produire des actes sains, comme dāna et sīla, qui le conduiront (de nouveau) vers le monde humain ou vers le monde des deva. Il peut aussi pratiquer samatha bhāvanā, ce qui le conduira vers le monde des brahmā.

samatha bhāvanā (le développement du calme mental) a la faculté d’anéantir les nīvaraṇa (entraves à la concentration).

Il existe 5 nīvaraṇa :

  1. kāmacchanda nīvaraṇa ; désir sensuel
  2. byāpāda nīvaraṇa ; malveillance, colère
  3. thinamiddha nīvaraṇa ; paresse et torpeur
  4. uddhacca kukkucca nīvaraṇa ; agitation mentale, regrets, inquiétude
  5. vicikicchā nīvaraṇa ; doute septique

Une personne qui pratique samatha bhāvanā peut parvenir à éliminer le désir sensuel, et par conséquent, à purifier son esprit. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une élimination définitive ; c’est seulement une suspension provisoire qu’on appelle « maîtrise à l’aide du refoulement ». Le désir sensuel peut être écarté durant toute la vie d’un brahmā, bien que celle-ci peut être extrêmement longue.

Le désir sensuel peut également être supprimé grâce à la pratique d’asubha bhāvanā ; le développement de la concentration sur des objets impurs. Celui qui pratique le développement du calme mental peut aussi éliminer la malveillance, bien que l’éradication ne puisse pas être totale. L’éradication de la malveillance ne peut être complète qu’à l’aide de l’anāgāmi magga et phala. La pratique de samatha permet aussi de se débarrasser de la colère, qui ne peut pas surgir, puisque le mental est immergé dans la bonté.

Celui qui visualise une personne susceptible de le fâcher peut réfléchir aux 32 parties du corps de cette personne (les 32 koṭṭhāsa) afin d’éviter la colère. Réalisant que cette personne est seulement constituée de cheveux, de poils, etc., la colère n’apparaîtra pas. Une autre méthode consiste à réfléchir au cycle des renaissances dans le saṃsarā : comparée au cycle sans fin du saṃsarā, une vie a une durée dérisoire. Ainsi, lors d’une existence passée, la personne susceptible de le mettre en colère a été son père, sa mère, son frère, sa sœur, son fils ou sa fille. Cette réflexion contribuera à réduire sa colère envers autrui. De cette façon, il peut se débarrasser de la malveillance, en développant amour et compassion envers tous les êtres.

Celui qui pratique samatha bhāvanā peut se débarrasser de thinamiddha, la paresse et la torpeur. Il peut aussi se débarrasser d’uddhacca kukkucca (les agitations mentales), de vīcikicchā (les doutes septiques) et des autres nīvaraṇa. Ayant purifié son esprit de ces entraves, il demeure calme, empli de sérénité.

Dans le samatha bhāvanā, il y a quarante supports de méditation. L’un d’entre eux est pathavīkasina. Il s’agit d’un rond de terre sur lequel le yogī doit concentrer pleinement son attention, de manière non répartie, jusqu’à le percevoir même les yeux fermés. Cette image acquise comme un réflexe mental est appelée uggaha nimitta. Ce type de pratique samatha est appelé parikammabhāvanā. Si la concentration est bonne, en continuant de fixer son attention sur cette image, celle-ci peut demeurer immobile, inaltérable, impeccable et brillante comme la pleine lune. Cela s’appelle paṭibhāga nimitta. Par la contemplation répétée de paṭibhāganimitta, upacāra samādhi (concentration de voisinage) peut être réalisé. En persévérant toujours dans la concentration sur le pathavīkasina, le yogī atteint finalement un état mental où toutes les sensations sont suspendues : il n’y a plus d’audition, plus de vision, plus de perception physique, plus de pensée. Cela est appelé appanā samādhi, c’est-à-dire l’état d’absorption mentale qui mène finalement à l’accomplissement du jhāna.

La réalisation d’un jhāna peut mener au monde des brahmā. Il y a beaucoup d’exemples d’êtres parvenus à de tels accomplissements. Du temps de Bouddha, un brahmā du nom de Rohitassa vint rendre visite au Bienheureux. Après s’être prosterné trois fois devant lui, s’étant assis à une place convenable, joignant respectueusement les mains, le brahmā interrogea Bouddha à l’aide de ces paroles : « Vénérable Bouddha, est-il possible de parvenir à pied au bout de l’univers, là où il n’y a pas de naissance, ni de maladie, ni de vieillesse, ni de mort ? »

Bouddha répliqua, du haut de son omniscience : « Rohitassa, au bout de l’univers, là où il n’y a pas de naissance, ni de maladie, ni de vieillesse, ni de mort, c’est nibbāna ; et on ne peut y parvenir à pied, c’est impossible. » À ce moment-là, Rohitassa dit à Bouddha : « Vénérable Bouddha, je trouve cette réponse est vraiment très étonnante ! Permettez-moi de vous relater une anecdote de mon passé.

Dans une ancienne vie, je fus le fils d’un chasseur, du nom de Rohitassa. En renonçant à la vie de famille, je partis dans la forêt pour y mener une vie d’ermite en plein cœur de la forêt. En pratiquant la méditation sans relâche et avec détermination, je parvins à expérimenter des jhāna et à développer des abhiñña (pouvoirs psychiques). À cette époque, il me restait une centaine d’années à vivre. Je fus capable de faire le tour de l’univers durant le même temps que la flèche tirée par un archer habile traverse l’ombre d’un palmier. Je pus franchir l’océan de la rive est à la rive ouest, en un seul pas.

J’avais un profond désir de parvenir à la fin de l’univers. Ne pouvant taire cette soif de voyager, je mis de côté tout le temps nécessaire à l’alimentation et à la déjection, et consacrai la totalité du temps à parcourir l’univers. Je voyageai à une vitesse vertigineuse, grâce à mes pouvoirs psychiques, en espérant trouver la fin de l’univers. Sans y parvenir, je mourus et repris naissance dans le monde des brahmā, où je suis à présent. »

Lors de sa précédente existence, ce brahmā (Rohitassa) était le fils d’un chasseur, qui devint ermite qui s’isola pour pratiquer samatha bhāvanā. Au moyen de cette pratique, il parvint à développer les abhiñña (les pouvoirs psychiques), comme le fait de flotter dans l’air, ou le fait de se déplacer sous terre. Lorsqu’une telle personne meurt, elle reprend naissance dans le monde des brahmā. Ainsi, celui qui pratique samatha bhāvanā peut suivre le troisième chemin de préférence, celui qui conduit au monde des brahmā. Il s’agit du chemin mieux.

Le monde des brahmā se divise principalement en deux catégories : la sphère des brahmā matériels (rūpa loka) et la sphère des brahmā immatériels (arūpa loka). Contrairement aux humains et aux deva, les brahmā n’ont pas besoin de pied. Ils demeurent absorbés dans le confort que leur procure pīti (la joie), obtenu à l’aide de l’absorption du jhāna. Ayant un corps de lumière, ils n’ont pas besoin de lumières artificielles. Leurs yeux leur permettent seulement de voir Bouddha, mais pas de jouir de perceptions visuelles, comme des spectacles, des paysages, etc. Leurs oreilles leur permettent seulement d’écouter le dhamma, mais pas de jouir de perceptions auditives, comme de la musique, des bruits, etc. Les brahmā sont dépourvus de conscience olfactive, gustative et tactile. Ils ne connaissent pas les plaisirs sensuels. Ils demeurent seulement dans le bonheur extatique procuré par le jhāna.

Bouddha indiqua : « Afin de pouvoir parvenir au noble monde des brahmā, libre de faute et libre d’entretien, il faut pratiquer samatha bhāvanā avec effort. » Le Bienheureux a précisé que celui qui ne pratique que samatha bhāvanā peut accéder au monde des brahmā.

Il est bien que les yogī qui sont ici, investis au mieux dans vipassanā bhāvanā, qui est le plus haut et le plus noble des entraînements, sachent aussi comment samatha bhāvanā peut mener à l’accomplissement du monde des brahmā.

Pour conclure cet enseignement, je souhaite que tous les yogī puissent être capables d’éviter de choisir le mauvais chemin, mais de choisir le bon chemin, le chemin mieux ou le meilleur chemin. Puissiez-vous tous, finalement, grâce à un entraînement soutenu, parvenir à réaliser nibbāna, la cessation de toute souffrance, dans le délai le plus bref !

sādhu ! sādhu ! sādhu !

infos sur cette page

Origine : Enseignement délivré au centre Mahāsī de Yangon (Birmanie)

Auteur : Vénérable Jaṭila

Traducteur : Moine Dhamma Sāmi

Date : Mars 2003

Mise à jour : 17 juin 2005